Mayotte - Trapèze des Mascareignes

Mayotte

L’île de Mayotte fait partie du département Outre-Mer du territoire français. Elle est souvent visitée par des membres de la famille, pourtant cette île du Trapèze des Mascareignes est un vrai petit coin de paradis.

L’île hippocampe du Trapèze des Mascareignes

L’île de Mayotte se situe dans le Nord du Canal de Mozambique, entre Madagascar et Mozambique. Même si géographiquement, elle fait partie de l’Archipel des Comores, Mayotte appartient au département Outre-Mer de la France depuis 2011.

Mayotte est aussi connue sous le nom d’île hippocampe du Trapèze des Mascareignes. 160km de barrière de corail entourent cette île paradisiaque aux paysages formés de lagon, de sable fin, de plages bordées de baobabs centenaires où viennent pondre des tortues marines.

Mayotte abrite le plus grand lagon fermé du monde avec une superficie de 1100 km² et une profondeur de 40m. Plongées sous-marines et snorkeling sont recommandés pour découvrir les richesses de la faune et flore sous-marines. Des plages de l’île mahoraise, vous aurez la possibilité de rencontrer des dauphins, tortues marines, dugongs et avec de la chance, des baleines à bosse.

Côté terre, les activités proposées sont très variées et satisferont les amoureux de la nature. Mayotte possède deux types de baobabs : le baobab africain aux fleurs blanches, et le baobab malgache, plus rare, aux fleurs rouges. L’île possède également une faune composée d’espèces endémiques à l’île. La flore mahoraise est surtout présente à Grande-Terre avec ses plantations de café, mangues, arbres à pain, pour aller plus loin, il faut faire une halte au Jardin Botanique de Coconi.

La culture Mahoraise

La culture mahoraise est un doux mélange africain, oriental, indien, européen et malgache. Partez à la découverte de la gastronomie en faisant l’expérience des mama brochetti (femmes qui font des brochettes) et des ailes de poulet grillées (mabawa). Lîle de Mayotte est aussi connue pour son sel de Brandelé dont l’histoire vous sera racontée par des mama shingo. Ce sel totalement naturel a un goût unique que vous pourrez ramener comme souvenir. Essences de vanille ou d’ylang-ylang, objets artisanaux faits en noix de coco ou de fruits de baobab sculpté, paniers et chapeaux rempliront vos valises.

La tenue traditionnelle des femmes Mahoraises est composée de 3 pièces pour composer le salouva : une grande bande de tissu nouée au niveau de la poitrine, un body ou t-shirt et un kishali, ou châle qui recouvre la chevelure ou est juste posé sur l’épaule. Elles utilisent également du m’sindzano, pâte à base de bois de santal frotté sur du corail et d’eau.

La majorité des habitants sont musulmans ; l’islam n’est non seulement une religion mais aussi un mode de vie. Toutefois, produit d’un grand mixage de culture, des pratiques ancestrales comme les cérémonies de rumbus invoquant les esprits (djinns ou trumba) sont toujours respectées. Cette invocation de truma est aussi héritée de la culture du Nord-Ouest de Madagascar. Les festivités sont accompagnées d’alcool et de musique très ryhtmée.

Top